20 conseils d’experts pour créer de superbes œuvres d’art animalières 

20 conseils d’experts pour créer de superbes œuvres d’art animalières 

Aujourd’hui, nous vous proposons quelques conseils pour créer de superbes œuvres d’art animalières :

1. Modérez l’utilisation des photos

Peignez et dessinez d’après nature chaque fois que c’est possible. Et si vous le pouvez, ayez des croquis comme ‘aides’ aux photographies. Si vous utilisez des photos, assurez-vous que ce sont les vôtres ou que vous êtes autorisé à les emprunter. Voler sur le Web n’en vaut pas la peine !

2. La composition est essentielle

Les animaux les plus précis techniquement ne feront pas une bonne peinture si la composition est déséquilibrée. Mes tableaux ont tendance à se développer sur le chevalet par une série constante de jugements, qui impliquent de positionner et repositionner les animaux les uns par rapport aux autres et par rapport à leur environnement. Pour moi, une peinture animalière est réussie lorsqu’elle donne l’impression d’être “là”. C’est un critère qui régit mon choix de matériel de référence et qui persiste jusqu’à l’évaluation critique du tableau fini. Nous vous recommandons cette boutiques si vous souhaitez obtenir un superbe tableau tortue !

3. Affinez vos esquisses

Il est toujours tentant de passer directement à l’étape de la peinture, mais affiner d’abord un dessin peut s’avérer payant par la suite. Commencez par dessiner les formes de base, comme une cuisse triangulaire ou une tête ovale. Essayez de représenter autant que possible l’animal avec seulement quelques formes. Choisissez maintenant un point central, comme un œil, et mesurez les points vitaux à partir de celui-ci avec votre crayon. Cette étape vous aidera à affiner les proportions avant de poursuivre.

Ensuite, affinez le croquis lui-même, en vous assurant que les formes des traits du visage et des membres sont précises. Vérifiez également les alignements horizontaux et verticaux. Avec ce cadre en place, vous pouvez maintenant commencer à ajouter de la peinture ou à développer des couches tonales avec une réelle confiance.

4. Planifiez votre peinture

Lorsque vous construisez une scène, de nombreux éléments doivent être pris en compte, surtout si vous réunissez plusieurs animaux dans un même tableau. Je vous recommande de commencer par planifier votre peinture sur du papier calque. J’utilise un morceau de papier de la même taille que le tableau fini pour établir la perspective et la position des principaux éléments, tels que les arbres, les touffes de buissons, l’eau et les zones d’ombre. Cela forme le paysage sur lequel les animaux peuvent être disposés. En dessinant tous les animaux sur du papier calque, vous pouvez les positionner et les repositionner jusqu’à ce que vous soyez satisfait de la composition. Lorsque vous êtes à mi-chemin d’un tableau, il n’y a rien de plus démoralisant que de se rendre compte qu’un animal n’est pas à sa place ou que l’échelle est incorrecte. Ce processus vous fait vraiment réfléchir à l’aspect de l’ensemble du tableau avant de prendre le pinceau.

5. Faites des réserves

Surchargez l’équipement que vous emportez avec vous. Le temps n’est pas votre ami lorsque vous peignez des animaux sauvages et vous n’avez pas le luxe de manquer de quoi que ce soit. N’ayez jamais peur non plus d’utiliser n’importe quel objet pour obtenir le résultat souhaité. Dans ma boîte à peinture, j’ai des encres, des huiles, des pastels, des caoutchoucs, des couteaux, des éponges… et même du matériel exdentaire ! On n’est jamais trop précieux.

6. Tentez vos cibles !

Avec l’avènement de la photographie numérique, prendre des photos d’oiseaux est plus facile que jamais, même si vous disposez d’un appareil modeste. Les oiseaux font d’excellents sujets et sont faciles à attirer près des fenêtres à l’aide d’une table à oiseaux ou d’une mangeoire à cacahuètes bien placée, ce qui permet au photographe de capturer ses sujets depuis le confort de sa maison. L’ajout de branches intéressantes ou d’autres accessoires naturels sur lesquels les oiseaux visiteurs pourront se percher offrira également des possibilités supplémentaires.

7. Soyez fidèle à votre sujet

Lors de la sélection pour l’exposition annuelle de la Society of Wildlife Artists, nous recherchons des artistes qui capturent l’essence de l’animal et la présentent d’une manière rafraîchissante. Le sujet ne doit pas nécessairement être magnifique ou occuper le centre de la toile. De nombreuses expériences de la vie sauvage sont des aperçus fugaces qui reflètent la nature timide du sujet. Choisissez une créature que vous pouvez passer du temps à observer pour voir comment elle se comporte et notez son habitat naturel. Les études bien observées d’un sujet relativement modeste sont souvent bien plus réussies que les portraits laborieux.

8. Sortez sur un membre !

Obtenir une bonne apparence des membres peut être l’une des parties les plus difficiles de l’art animalier. Observez les mouvements d’un nouveau sujet. Le “genou” d’un oiseau peut apparaître de l’arrière vers l’avant, mais vous ne voyez probablement qu’une cheville haute, le genou étant plus proche de la poitrine. Le fait de garder à l’esprit le comportement d’un membre ajoutera au réalisme d’une œuvre.

9. Suivez le troupeau

Peindre ou dessiner plusieurs animaux ensemble peut ajouter de la vie à une composition. Observez comment ils interagissent – agissent-ils naturellement de manière indépendante ou se serrent-ils les uns contre les autres ? Dessinez vos sujets dans différentes poses et réorganisez-les jusqu’à ce que vous soyez satisfait, en veillant à ce qu’ils soient tous à la même échelle. Ajoutez de l’unité en rafraîchissant les couleurs des sujets plus éloignés.

10. Travaillez rapidement

N’oubliez jamais, lorsque vous dessinez d’après nature, d’essayer de noter le maximum d’informations dans le temps le plus court possible. Emportez toujours un carnet de croquis et utilisez chaque “moment” qui attire votre attention. C’est une bonne pratique régulière pour garder votre œil.

11. Choisissez soigneusement l’éclairage

Essayez d’expérimenter des éclairages plus inhabituels. Une source de lumière provenant du côté ou même de l’arrière peut donner une atmosphère et une forme à un tableau ; un éclairage frontal peut souvent donner à la faune un aspect plat. Cependant, veillez à ce que la source de lumière soit orientée dans la même direction tout au long du tableau, afin d’éviter que le sujet n’ait l’air “collé”.

12. Développez des mélanges de couleurs

Si vous voulez peindre d’après nature, commencez par vous mettre en confiance en développant une gamme de mélanges de couleurs fiables auxquels vous pouvez vous référer. Essayez la terre de sienne brute avec le cramoisi d’alizarine pour un orange chaud convenant aux chats sauvages ou l’outremer avec la terre de sienne brûlée pour les gris poussiéreux des éléphants.

13. Ajoutez un sens plus élevé

J’essaie de peindre de manière aussi réaliste que possible – voir à droite – et la lumière est l’essence même de mes tableaux, en tant que symbole de la vie et de la spiritualité. Mon but n’est pas seulement de représenter l’animal de manière naturelle et morphologique ; je cherche plutôt des réponses à des questions existentielles sur moi-même, Dieu et le monde qui m’entoure. La lumière est d’une importance primordiale. Elle fait ressortir la véritable sensation d’un tableau et en fait un succès. Par exemple, si j’utilise une lumière intense comme celle du soleil sur le plumage d’un oiseau, ce n’est pas seulement pour faire danser les couleurs dans la lumière mais aussi pour accentuer un sens spirituel sous-jacent. Le soleil fait partie intégrante de mon travail, même s’il n’est pas directement montré.

14. Habitats naturels

L’un des éléments essentiels d’une bonne peinture animalière est l’atmosphère et vous ne pouvez pas l’obtenir en visitant un zoo ou un parc safari. Les lions des zoos sont gras et indolents, avec des crinières anormalement impeccables. Dans la nature, ils sont plus maigres et plus en forme, leur visage est marqué et leur crinière est généralement abîmée et souvent emmêlée de boue. Si vous ne pouvez pas observer les animaux dans leur habitat naturel, le mieux est encore de regarder un programme animalier à la télévision. Au moins, vous voyez la vie sauvage telle qu’elle est réellement, même si c’est à travers un écran.

15. La nature n’est pas seulement en noir et blanc

Ne présumez pas de la couleur – cherchez-la. Les éléphants sont rarement ‘gris’, mais ils le paraissent grâce à une combinaison de couleurs. Pour éclaircir une peinture, ne vous contentez pas d’ajouter du blanc. Poussez plutôt la valeur de la couleur et la peinture semblera plus riche, alors que le blanc la rend souvent insipide. Je peins souvent sous une mauvaise lumière afin de “pousser” les couleurs de ma palette, mais je ne vous conseille pas de peindre vos œuvres finies de cette façon. Essayez également de ne pas utiliser de noir pur. Mon grand-père m’a fait remarquer que la nature n’est jamais noire, mais qu’elle semble l’être.

16. Cherchez des conseils honnêtes

Si vous le pouvez, demandez conseil à une personne de votre entourage qui vous donnera une réponse honnête. Nous sommes tous coupables de passer trop de temps à regarder une peinture ou un dessin et il faut souvent quelqu’un d’autre pour signaler les erreurs évidentes – bien que peut-être subtiles.

17. utilisez une gamme de pinceaux

Utilisez un éventail de pinceaux aussi large que possible ; ils jouent un rôle important dans l’obtention de la finition souhaitée. Pour Panic In The Delta, ci-dessous, j’ai utilisé une variété de pinceaux plats en poils de porc pour la couche initiale d’huile. J’ai également utilisé un pinceau ” peigne ” pour aider à étaler les crinières des zèbres et pour les éclaboussures d’eau, j’ai utilisé une variété de vieux pinceaux rugueux et irréguliers pour créer un effet chaotique. Un pinceau d’aquarelle 0000 a été utilisé pour retoucher les petits détails, comme les yeux du zèbre.

18. Découvrez comment ils bougent

Aucun animal ne va jamais poser pour vous, à moins d’être une mante religieuse, donc avoir une bonne connaissance de l’anatomie est un outil important pour l’artiste animalier. Après avoir étudié le sujet choisi et fait des croquis éclairants, il est possible de créer une pose satisfaisante et visuellement agréable. À l’aide de bons schémas anatomiques, disponibles dans les livres et en ligne, le dessin peut ensuite être retravaillé en se référant au squelette, puis aux muscles. Les spectateurs peuvent ne rien connaître à l’anatomie, mais ils sauront instinctivement reconnaître un animal qui n’a pas l’air bien. Il faudra peut-être apporter des modifications à la pose choisie, mais c’est un parcours satisfaisant et vous obtiendrez certainement de meilleurs résultats.

19. Décidez de la manière de traiter la fourrure

Il y a deux options principales que vous pouvez envisager lorsque vous vous apprêtez à peindre la fourrure : être suggestif ou embrasser les détails. Si vous travaillez à l’aquarelle ou si vous visez un style plus impressionniste, la suggestion des détails fonctionne bien. Utilisez des touches de couleur pour suggérer la texture et évitez l’envie de peindre chaque poil. Pour obtenir de vrais détails, surtout à l’huile ou à l’acrylique, essayez d’abord d’établir un ton général plus foncé sous la fourrure, avant d’ajouter des couches de poils de différentes couleurs. Pour plus de précision, assurez-vous que vos coups de pinceau suivent le sens de la pousse des poils. Si les valeurs tonales sont correctes, les couleurs générales peuvent être modifiées à l’aide de glacis de couleur.

20. Suivez les contours

Si vous peignez un animal dont le pelage comporte des taches, des rayures ou d’autres marques, il est important de veiller à ce qu’elles suivent les contours du corps. En faisant en sorte que les rayures se gonflent ou s’affinent, vous pouvez contribuer à suggérer un corps et une substance réels. À l’aquarelle, il est souvent préférable de faire un lavis de la couleur principale de l’animal, puis d’ajouter les marques plus tard, humide sur sec.